Remèdes naturels contre l’asthme : ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas

Loading

La toile et les réseaux sociaux regorgent de contenus prodiguant conseils et astuces sur une multitude de sujets et celui de la santé ne déroge pas à la règle. Parmi les conseils qui ont la cote ces dernières années, les remèdes naturels se démarquent assez largement. Ces derniers concernent la plupart des traces et des pathologies communes dont fait partie l’asthme. Alors, ces remèdes naturels fonctionnent-ils vraiment contre l’asthme ? C’est ce que nous allons tenter de voir aujourd’hui !

L’asthme : symptômes et traitements

Asthme : symptômes et considérations générales

L’asthme est une pathologie extrêmement courante dans toutes les couches de la population (âge, sexe, etc). Ainsi, rien qu’en France, on estime que ce serait près de 4 millions de personnes qui seraient concernées par l’asthme. Cette affection respiratoire avec laquelle on doit faire tout au long de la vie se manifeste par épisodes de crise plus ou moins aiguës au cours desquelles les voies respiratoires rétrécissent, rendant la respiration difficile. Les déclencheurs de ces crises varient d’une personne à une autre, il peut notamment s’agir de poussières, pollen, poils d’animaux, fumée, air froid, infections respiratoires, etc.

Les traitements médicamenteux de l’asthme

Il existe deux catégories principales de traitements médicamenteux de l’asthme. La première, concerne les traitements d’urgence à prendre en cas de crise ou en prévention immédiate de celles-ci. Il s’agit pour être précis de la classe médicale des bêta-2 mimétiques d’action rapide et de courte durée. Ces derniers se présentent sous forme d’inhalateurs et contiennent un principe actif permettant le relâchement des muscles des parois des bronches, facilitant ainsi la respiration. Ces traitements nécessitent une prescription médicale émise par un médecin. Il n’est donc pas possible d’acheter Airomir, Salbutamol ou Ventoline sans ordonnance, malgré certaines affirmations contraires sur la toile.

L’autre catégorie concerne les traitements de fond de l’asthme et se présentant généralement sous forme de corticoïdes inhalés et dont l’objectif est de réduire le risque de crise sur la durée. En revanche, il convient de noter que ce type de traitement ne permet pas une guérison définitive de l’asthme (aucun ne le permet).

Traitements naturels de l’asthme : est-ce que ça fonctionne vraiment ?

Venons-en maintenant aux éventuelles alternatives naturelles pour le traitement de l’asthme.

L’alimentation comme premier médicament

Pas besoin d’aller chercher bien loin, certaines solutions sont presque évidentes, à commencer par le choix de certains aliments. Ainsi, il est prouvé qu’une alimentation riche en fibres, antioxydants, vitamines, acides gras essentiels et minéraux réduit le niveau d’inflammation général, y compris au niveau des voies respiratoires. Il peut s’agir d’aliments solides, mais cela s’applique également aux boissons, notamment à certaines infusions. À l’inverse, certains aliments comme les produits laitiers et ceux riches en graisse ont tendance à augmenter le phénomène inflammatoire, il convient donc de les éviter.

La relaxation comme élément fondamental

L’aspect mental est tout sauf secondaire dans la gestion de l’asthme et est pourtant trop souvent sous-estimé. Le fait de pouvoir gérer son stress en toute circonstance, est non seulement une aide précieuse en cas de crise, mais aussi pour éviter la survenue de ces dernières. En effet, le contrôle de la respiration étant la pierre angulaire de la relaxation, les personnes asthmatiques sachant maîtriser cette dernière bénéficient d’un allié de taille. Pour améliorer cet aspect, rien de mieux que la pratique. Ainsi, s’adonner par exemple à la relaxation, au yoga ou bien encore la cohérence cardiaque peut s’avérer d’une aide précieuse.

Le sport est votre ami

Contrairement à certaines croyances populaires, la pratique d’une ou de plusieurs activités sportives ne sont pas proscrites pour les personnes asthmatiques, bien au contraire. Il s’agit en réalité de quelque chose de vivement conseillé, mais sous certaines conditions. Il faudra tout d’abord choisir un sport adapté à son niveau de condition physique et à son asthme (de préférence après discussion avec un médecin). Il faudra en outre pratiquer le sport dans un environnement dépourvu de déclencheurs autant que possible et garder son traitement d’urgence en toute circonstance en cas de crise.

Le choix de son environnement

Enfin, faisant écho à ce qui a été dit concernant le fait d’éviter les déclencheurs lors de la pratique du sport, il convient de choisir un environnement aussi propice que possible à une bonne respiration. Si possible, il faudra éviter le centre-ville et leur pollution atmosphérique, encore plus aux heures de pointe. Si vous ne pouvez pas éviter de vous y rendre, alors il est vivement conseillé de porter un masque facial pour limiter la respiration de particules irritantes. Idem en hiver, si l’air froid est un de vos déclencheurs connus, alors utilisez une écharpe ou un foulard pour vous couvrir le nez et la bouche. Si vous avez des allergies ou déclencheurs spécifiques (pollen, poils d’animaux, etc.) alors, évitez le contact au maximum et là encore, gardez toujours avec vous votre traitement d’urgence.

Comme nous venons de le voir, rien de magique ou de révolutionnaire ne permet d’éviter à 100% les crises d’asthme. En revanche, il est possible de limiter drastiquement les risques avec des gestes simples et en utilisant son ou ses traitements à bon escient !

Commentaires via Facebook (pour les commentaires traditionnels, voir en bas de l'article)

More from François
Luminothérapie : une solution naturelle pour lutter contre les troubles de l’humeur
Introduction à la luminothérapie La luminothérapie, également connue sous le nom de...
Read More
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.