Les Sirènes Noires

7 Eve
8 Léa
7.5

934 total views, 3 views today

Le 5 novembre, nous avons assisté à une rencontre de Jean-Marc Souvira dans les locaux du Fleuve Editions pour son dernière roman Les Sirènes Noires.

Les Sirènes Noires en bref

Ce livre raconte parallèlement 3 histoires :
– Une jeune fille, Margaret / Stella, doit confronter un sorcier au Nigéria avant de rejoindre la France de façon clandestine avec deux jeunes filles.
– Les corps démembrés d’un couple d’albinos sont retrouvés dans un immeuble voué à la démolition dans le quartier de la Goutte d’or, dans le XVIIIème arrondissement de Paris.
– Plusieurs jeunes femmes sont violées et assassinées dans des parkings parisiens.

Mistral, le chef de la Brigade criminelle de la police judiciaire, est sur ces deux dernières affaires.
Des histoires entre réalité sordide et sorcellerie africaine s’entremêlent.

Les Sirènes Noires Les Sirènes Noires

Jean-Marc Souvira en quelques mots

Jean-Marc Souvira est commissaire divisionnaire, il exerce au sein de la Police judiciaire depuis plus de vingt-cinq ans. Il a dirigé l’Office Central pour la Répression de la Traite des Êtres Humains, puis l’OCRGDF (l’Office Central pour la Répression de la Grande Délinquance Financière). Il est actuellement en poste à la Direction de la Coopération Internationale. 

Ses sources d’inspiration

L’auteur fait référence dans son roman à des affaires auxquelles il a été confrontées. Il voulait aborder l’histoire des Africaines qui vont en Europe et qui, parfois, périssent en mer avant d’atteindre le continent. D’où le titre, Les Sirènes Noires. Il ne peut pas écrire sans avoir le titre, c’est le fil conducteur.

L’auteur utilise pour ses romans des personnages existants. Il été inspiré par une femme rencontrée au cours d’une de ses affaires, que l’on retrouve sous le personnage de Stella. 4 personnes ont inspiré le magicien de son roman. Il y a des similitudes entre le personnage principal, le commissaire Mistral, et l’auteur comme la sensibilité au vertige.

Il a décidé d’entremêler plusieurs enquêtes pour montrer la réalité à laquelle est confrontée un commissaire.

Jean-Marc Souvira nous explique que le vaudou reste une réalité en 2015. La séance de Djodjo (environ 100 $) est une véritable emprise morale. Quand un réseau de proxénétisme a été neutralisé, il faut que le sorcier qui a envouté désenvoute. Sinon, des témoignages de filles à qui il ne leur est rien arrivé peut permettre de convaincre celles qui ont été « envoutées ». En France, les albinos évitent les quartiers africains (Barbès, Château rouge), en Afrique il se déplace en groupe pour éviter d’être découpés. Leur espérance de vie étant courte, des pouvoirs sont attribué aux albinos du fait de l’incompréhension.

Son écriture

Jean-Marc Souvira écrit la nuit. Il s’arrête avant d’aborder un point fort pour se coucher. Il a le souci du réalisme car il est très marqué par son métier mais reste romanesque dans la description des personnages.
Son écriture est visuelle, il visualise ce qu’il écrit. Il écrit au fil de l’eau, sans en connaître la fin.
Il n’utilise pas le « JE » car il aime bien se balader autour de ses différents personnages.

Notre avis

Jean-Marc Souvira (crédit photo : Babelio)

L’abondance de détails sur le mode de fonctionnement et les procédures de la Brigade criminelle, des scènes de crime et des quartiers de la capitale contribuent au réalisme. La singularité des personnages les rend attachants. L’alternance entre les 2 affaires et la différence de point de vue renforcent le suspens parfois insoutenable du roman.


Voir les commentaires traditionnels plus bas

Commentaires

More from Eve

L’insouciance de Karine Tuil

1,460 total views, 14 views today L’insouciance en bref 3 hommes et 1 femme...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.