Voici la liste des 18 monuments retenus pour le loto du patrimoine

Le loto du patrimoine est un jeu de loto créé par la Française des jeux afin de récolter des fonds destinés à la Fondation du patrimoine pour assurer l’entretien de monuments considérés comme étant en péril, qu’il s’agisse de monuments historiques ou non.

Le premier tirage de ce loto aura lieu à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, les 15 et 16 septembre 2018. Ce dispositif a été adopté grâce à un amendement au projet de loi de finances rectificative pour 2017 adopté en décembre 2017. L’affectation des fonds sera déterminée par une convention entre le ministère de la Culture et la Fondation du patrimoine.

Les monuments qui pourront bénéficier de cette nouvelle ressource ont été identifiés dans le cadre de la mission confiée à Stéphane Bern par le Président de la République en novembre 2017. Cette mission a permis d’identifier 270 monuments, dont 18 sites « emblématiques » qui figureront sur les billets de loto vendus.

Voici la liste complète des monuments qui a été dévoilé ce jeudi 31 mai 2018.

1. La Maison de Pierre Loti, Rochefort (Charente-Maritime)

La mosquée de la Maison de Pierre Loti. Wikipedia

La maison de Pierre Loti est un musée municipal (fermé pour rénovation depuis le 1er octobre 2012) situé dans le cœur historique de Rochefort. C’est en fait la maison d’enfance de l’écrivain Julien Viaud, plus connu sous son nom de Pierre Loti, auteur des célèbres romans comme Aziyadé, Pêcheur d’Islande, Le Roman d’un enfant, Ramuntcho et bien d’autres.

2. Le Fort-Cigogne, Fouesnant (Finistère)

Le Fort-Cigogne, Fouesnant (Finistère) – Wikipedia

Fort-Cigogne est un ancien fort militaire français situé sur l’île Cigogne dans l’archipel des Glénan, dans le Finistère. Propriété de l’État, inscrit au titre des monuments historiques le , il est aujourd’hui loué à l’école de voile des Glénans. Une tour y sert aussi d’amer.

3. La Villa Viardot, Bougival (Yvelines)

La Villa Viardot, Bougival (Yvelines). Wikipedia

La Villa Viardot est un hôtel particulier de Bougival de 1830 situé dans la propriété des Frênes, qui comporte par ailleurs un chalet dit datcha de Tourgueniev, transformé en musée en 1983.

4. Le Théâtre des Bleus de Bar, Bar-le-Duc (Meuse)

Le Théâtre des Bleus de Bar, Bar-le-Duc (Meuse) – Crédit Photo : Linda Van Slobbe

C’est par l’initative de Monsieur Claude-Marcel MAYEUR, négociant en vin à Bar-Le-Duc, que le théâtre est construit en 1900 par Monsieur Louis MOREL, entrepreneur en travaux public. La scène dont les dimensions sont importantes est inspirée de celle du Théâtre du Châtelet à Paris.  La construction aura coûté près de 300 000 Francs.

Faute de moyens pour mettre le Théâtre aux normes,  les “Bleus de Bar” sont dans l’obligation de le fermer au public. Aucune représentation ne peut être envisagée en l’état. Les fauteuils sont retirés et un parquet est construit pour mettre la scène au même niveau que l’orchestre, offrant ainsi un espace plus commode aux activités de gymnastique. Avec des températures hivernales difficiles et un espace qui commence à se dégrader et à devenir de plus en plus dangereux, les gymnastes quittent définitivement les lieux en 2002. L’avenir du Théâtre devient incertain compte tenu de son état et du coût de son entretien pour l’association qui en est le propriétaire et dont toute utilisation est devenue impossible.

5. Le Château de Bussy-Rabutin, Bussy-le-Grand (Côte-d’Or)

Le Château de Bussy-Rabutin, Bussy-le-Grand (Côte-d’Or) – Wikipedia

Le château de Bussy-Rabutin ou château de Bussy-le-Grand est un château de style Renaissance initialement bâti aux XIIe siècle et XIVe siècle, à Bussy-le-Grand, en Côte-d’Or en Bourgogne-Franche-Comté. Le château est classé Monument Historique en 1862, le domaine est classé monument historique le  et le château est labellisé Maisons des Illustres. Propriété de l’État depuis 1929 avec une centaine d’autres monuments, il est géré et animé par le centre des monuments nationaux du Ministère de la Culture.

6. L’Aqueduc romain du Gier et pont-siphon de Beaunant, Chaponost et Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône)

L’Aqueduc romain du Gier et pont-siphon de Beaunant, Chaponost et Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône). Crédit : Wikimedia Commons

L’aqueduc du Gier est un des aqueducs antiques de Lyon desservant la ville antique de Lugdunum. Il est le plus long des quatre aqueducs ayant alimenté la ville en eau, et celui dont les structures sont le mieux conservées. Il doit son nom au fait qu’il puise aux sources du Gier, affluent du Rhône. Les vestiges de l’aqueduc font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le .

7. Le Pont d’Ondres, Thorame-Haute (Alpes-de-Haute-Provence)

Le Pont d’Ondres, Thorame-Haute (Alpes-de-Haute-Provence) – Wikipedia

Le pont du Moulin est un pont sur le Verdon, bâti dans la deuxième moitié du XVIIe siècle sur la commune Thorame-Haute (Alpes-de-Haute-Provence). Ce pont présente un intérêt architectural qui lui a valu de figurer sur de nombreuses illustrations et cartes postales. Raymond Collier note qu’il est exceptionnel pour l’époque de sa construction. Il est classé monument historique par arrêté du . En 2017, le pont est dans un état dégradé, mais ses voûtes restent bien conservées. Il est toutefois dangereux de l’emprunter car sans protection et en partie effondré côté amont. Un arrêté municipal en interdit l’accès. La question de sa rénovation préoccupe la mairie et les associations locales de sauvegarde du patrimoine depuis plusieurs décennies. En dépit de son classement, il n’est plus entretenu depuis longtemps. Il ne dessert aujourd’hui qu’un petit sentier mal entretenu qui permet d’accéder difficilement à la montagne de Serpeigier.

8. Le Couvent Saint-François, Pino (Haute-Corse)

Le Couvent Saint-François, Pino (Haute-Corse) – Crédit Photo : Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Le Couvent Saint-François est un monastère à Pino avec une tour génoise cassée dans le Cap Corse, au nord de l’île méditerranéenne française de Corse

9. La Maison d’Aimé Césaire, Fort-de-France (Martinique)

Vue de la maison d’Aimé Césaire, prise le 15 avril 2008 à Fort-De-France. AFP PHOTO FRANCK FIFE / AFP PHOTO / FRANCK FIFE

La maison d’Aimé Césaire, située sur la route de Redoute, à Fort-de-France a été rachetée par la ville de Fort-de-France. Le but est de transmettre aux nouvelles générations, et de rappeler aux anciennes, que sur leur île, en Martinique, un jour, un homme, Aimé Césaire, poussa le grand cri nègre. Ce cri qui servit à mettre « debout la négraille, debout et libre, sous les étoiles* »

10. L’Ancien Hôtel-Dieu, Château-Thierry (Aisne)

L’Ancien Hôtel-Dieu, Château-Thierry (Aisne) – Wikipedia

L’hôtel-Dieu de Château-Thierry est un Hôtel-Dieu situé à Château-Thierry. Il  été fondé en 1304 par Jeanne de Navarre, épouse du roi Philippe IV le Bel.

11. La Rotonde ferroviaire de Montabon, Montabon (Sarthe)

La Rotonde ferroviaire de Montabon, Montabon (Sarthe) – Wikipedia

La rotonde ferroviaire de Montabon est située sur la commune de Montabon proche de la gare de Château-du-Loir (Sarthe), inscrite au titre des monuments historiques en 2010.

12. L’Eglise Notre-Dame, La Celle-Guénand (Indre-et-Loire)

L’Eglise Notre-Dame, La Celle-Guénand (Indre-et-Loire) – Google Maps

Au moyen-âge et jusqu’en 1570, le village de La Celle-Guenand était divisé en deux châtellenies : la châtellenie de la Celle-Guenand et la châtellenie de La Celle-Draon. Parallèlement, il existe également deux paroisses distinctes qui se partagent l’Eglise Notre Dame. L’un des desservants possédait le côté de l’Evangile et l’autre le côté de l’Epître. Il s’en suivit une série de discordes telles qu’en 1779 l’archevêque de Tours supprima la cure de la Celle-Guenand (Carré de Busserole, Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre-et-Loire et de l’ancienne province de Touraine). L’église de la Celle-Guenand est classée Monument Historique depuis le 7 mai 1908.

13. L’Hôtel de Polignac, Condom (Gers)

L’Hôtel de Polignac, Condom (Gers) – Wikipedia

L’hôtel particulier date de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il a été transformé en école en 1882 et héberge actuellement l’école primaire Jules Ferry. Mais le bâtiment a souffert des affres du temps. Construit dans un calcaire typique des bâtiments de la région, la façade ouest, à la merci des intempéries, est dans un état déplorable. La maçonnerie présente de sérieuse altération et l’étanchéité n’est plus assurée.

14. Le Château de Carneville, Carneville (Manche)

Le Château de Carneville, Carneville (Manche). Crédit : Wikimedia Commons

Le château de Carneville est un château situé à Carneville. Il a été racheté en 2012 par un jeune repreneur décidé à faire renaître l’âme des lieux.

15. L’Habitation Bisdary, Gourbeyre (Guadeloupe)

L’Habitation Bisdary, Gourbeyre (Guadeloupe) – Crédits : gourbeyre-tourisme.fr

L’habitation Bisdary est une exploitation agricole située à Gourbeyre sur Basse-Terre dans le département de la Guadeloupe. Bâtie au XVIIIe siècle par les Jésuites, cette habitation devient une usine sucrière au début du XIXe siècle et est inscrite aux monuments historiques en 2007.

16. La Maison du receveur des douanes, Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane)

La Maison du receveur des douanes, Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane) – Crédits : guyaweb.com

La maison du receveur des douanes est un bâtiment située à Saint-Laurent-du-Maroni dans le département de la Guyane.  Cet ensemble situé au bord du fleuve est construit autour d’un jardin à la française. En ossature de bois, remplissage brique, elle est initialement composée d’un bâtiment principal et de dépendances. Elle bénéficie de réparations en 1895, lors de l’inspection de l’ingénieur des travaux publics Fontainelles. L’ensemble de la maison est dans un état de dégradation avancée, la maison ayant été partiellement incendiée à l’étage. La structure en pan de bois est très endommagée. Cette habitation est inscrite aux monuments historiques en 2016.

17. La Maison Rouge, Saint-Louis (La Réunion)

Vue du bâtiment principal, en ruine, du domaine de Maison Rouge © Thierry Caro – Wikimedia

Le domaine de Maison Rouge est un grand domaine de l’île de La Réunion, département d’outre-mer français dans le sud-ouest de l’océan Indien. Situé à Maison Rouge sur le territoire communal de Saint-Louis, il est classé Monument historique depuis le . Il abrite depuis quelques années le musée des arts décoratifs de l’océan Indien.

18. L’usine sucrière de Soulou, M’Tsangamouji (Mayotte)

L’usine sucrière de Soulou, M’Tsangamouji (Mayotte) – Crédits : un parfum d’ylang ylang

L’ancienne usine sucrière de Soulou est un endroit où la végétation reprend lentement ses droits sur des vestiges industriels imposants. C’est aussi un témoins de l’époque coloniale de l’île qui rappelle que dans la période 1850 / 1950, l’île a été marquée par l’esclavage pour exploiter des plantations de rente. Au moment de l’abolition officielle de l’esclavage vers 1850, la main d’oeuvre a pudiquement été renommée “travailleurs engagés”, mais leurs conditions de vie ne se sont guère améliorées : recrutés pour des contrats de 5 ans dans les populations pauvres des pays voisins, ils se trouvaient à la merci de leurs employeurs pour des salaires très bas.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur le Patrimoine en France, on vous conseille les livres ci-dessous


Voir les commentaires traditionnels plus bas

Commentaires

More from François

10 nouveaux musées gratuits à découvrir à Paris (2/2)

On vous présente ci-dessous un nouvel ensemble de 10 musées de la...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.