L’utopie sauvage de Sébastien Dalgalarrondo et Tristan Fournier

9 Eve
9

 1,582 total views,  2 views today

L’utopie sauvage en bref

La peur d’une crise environnementale, en lien étroit avec la question de la santé, qui conduirait à l’effondrement de notre civilisation est croissante. Les interrogations sur les origines de la pandémie Covid 19 en sont l’illustration. Cela témoigne de la fragilité de notre éco système et de la nécessité d’un retour aux sources.

L’ensauvagement peut passer par des promenades en forêt, une robinsonnade moderne, la pratique du jeûne avec toutes ses déclinaisons pour s’adapter à notre mode de vie, ou encore des stages de cueillette qui peut côtoyer l’hypermodernité.

Le mot de l’éditeur

Nous vivons presque tous en ville et pourtant chacun cherche à sa façon à redevenir “sauvage” : rêve d’une vie à la campagne, de congés au vert, de forêts urbaines. La perspective d’un effondrement, qu’il soit écologique ou pandémique, attise ce besoin d’ensauvagement. Idéalisée, la nature devient à la fois quête, refuge et solution face à une société de consommation qui manque de sens et détruit la planète.
Le retour à la terre et à une vie plus autonome n’est pas nouveau ; ce qui est inédit, c’est l’intensification du phénomène et sa démocratisation. Sébastien Dalgalarrondo et Tristan Fournier sont sociologues. Habitants des villes, ils investissent, le temps des vacances, une grange isolée en Ariège où ils explorent les possibilités d’une vie hors flux. Petit à petit s’y construit leur nouveau terrain de recherche : la grange devient le centre névralgique de leur réflexion personnelle et professionnelle.
Mêlant humour et distance critique, ils sondent plusieurs pistes pour tenter de comprendre cet appel du sauvage, ce qu’il dit de nous et de nos contradictions. Au fil de leur enquête, l’ambivalence de cet appétit de nature apparaît. S’y mêlent différents fils, différentes idéologies : l’utopie, le “c’était mieux avant” , l’alternatif et le retour au mythe du chasseur-cueilleur. Et toutes ces pistes redessinent de nouvelles façons intimes de faire de la politique.

Quelques mots sur les auteurs Sébastien Dalgalarrondo et Tristan Fournier

Sébastien Dalgalarrondo et Tristan Fournier sont sociologues chargés de recherche au CBRS. Ils travaillent à l’EHESS dans le laboratoire de l’IRIS, institut de rechercher interdisciplinaire sur les enjeux sociaux.

Notre avis

Les auteurs alternent leurs analyses sur l’évolution de nos comportements dans un contexte d’urgence climatique avec la « vision » d’une grange de montagne en Ariège qui donne un peu de recul sur cette volonté de renouer avec la nature, non sans humour.
Il tentent de comprendre l’intérêt croissant pour l’ensauvagement. Est-ce la volonté réconcilier la nature et la nature humaine, mais qu’elle est la part d’inné et d’acquis ? Est-ce un besoin de se réapproprier la nature sauvage, que ce soit pour se nourrir ou se soigner, mais est-ce que cela ne constitue pas aussi un acte politique ?
Passionnant !


Voir les commentaires traditionnels plus bas

Commentaires

More from Eve

Circulation(s) hors les murs

 2,534 total views,  3 views today Le festival de la jeune photographie européenne, Circulation(s),...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.