Dans les mailles du filet : une aventure technique, économique et humaine

7 Léa
8 Emma
8 Eve
7.7

Le Musée de la Marine propose actuellement “Dans les mailles du filet” une exposition mêlant histoire, beaux-arts et questions contemporaines.

Musée de la Marine

Exposition Dans les mailles du file

Une incroyable aventure technique, économique et humaine

Dans un premier temps, l’exposition retrace 5 siècles d’histoire de la Grande pêche, la pêche lointaine à la morue, dans les eaux de Terre-Neuve, du Labrador, de l’Islande et du Groenland du XVe au XXe siècle.

La première image, un océan déchaîné sur écran géant, plonge le visiteur dans l’épopée de la pêche en haute mer.

Débarquement de la morue à Granville Collection Musée d’art et d’histoire de Granville © DR
Débarquement de la morue à Granville
Collection Musée d’art et d’histoire de Granville
© DR

Exposition Dans les mailles du file

À bord du chalutier-morutier Grande Hermine en mer de Norvège et mer de Barents © Marcel Mochet
À bord du chalutier-morutier Grande Hermine
en mer de Norvège et mer de Barents
© Marcel Mochet

L’histoire de ces marins partis dans des conditions difficiles et périlleuses inspire, à partir de la fin du XIXème siècle, de nombreux artistes, écrivains, illustrateurs, cinéastes, dont seront présentées les œuvres. À l’époque de la voile, les campagnes duraient jusqu’à six mois. Les pêcheurs sont considérés comme des figures dramatiques par les artistes, qui représentent le quotidien des pêcheurs en mer et la souffrance des femmes sans nouvelles.

Saint-Malo, le pardon des terre-neuvas Paul Signac (1863-1935) Huile sur toile, 1928 Musée d’histoire de Saint-Malo © Cavan
Saint-Malo, le pardon des terre-neuvas
Paul Signac (1863-1935)
Huile sur toile, 1928
Musée d’histoire de Saint-Malo
© Cavan
Retour d’Islande Albert Guillaume Demarest (1848-1906) Collections Musée Baron Martin, Gray © Musée Baron Martin, Gray
Retour d’Islande
Albert Guillaume Demarest (1848-1906)
Collections Musée Baron Martin, Gray
© Musée Baron Martin, Gray
Goélette islandaise débarquant sa morue Mathurin Méheut (1882-1958) Huile sur toile, 1939 © Restaurant Prunier, Paris/Adagp 2015
Goélette islandaise débarquant sa morue
Mathurin Méheut (1882-1958)
Huile sur toile, 1939
© Restaurant Prunier, Paris/Adagp 2015
Au pardon des Terre-Neuvas Yvonne Jean-Haffen (1895-1993) Huile sur toile, entre 1930 et 1935 Collection Maison d’Artiste de La Grande-Vigne-Dinan © Coll. Maison d’Artiste de La Grande-Vigne-Dinan
Au pardon des Terre-Neuvas
Yvonne Jean-Haffen (1895-1993)
Huile sur toile, entre 1930 et 1935
Collection Maison d’Artiste de La Grande-Vigne-Dinan
© Coll. Maison d’Artiste de La Grande-Vigne-Dinan

Nous voyageons ensuite de port en port à travers des tableaux, des photos, des imageries populaires.

Exposition Dans les mailles du file

Publicité Prenez-en ! Dieu l’ordonne Huile de foie de morue… Gaston Monier Collection particulière © DR
Publicité Prenez-en ! Dieu l’ordonne
Huile de foie de morue… Gaston Monier
Collection particulière
© DR
Affiche du film Pêcheur d’Islande De Jacques de Baroncelli (1881-1951), d’après le roman de Pierre Loti Henri Rudaux (1870-1927), dessinateur 1924 Radia production © Musée national de la Marine/A. Fux
Affiche du film Pêcheur d’Islande
De Jacques de Baroncelli (1881-1951),
d’après le roman de Pierre Loti
Henri Rudaux (1870-1927), dessinateur
1924
Radia production
© Musée national de la Marine/A. Fux

Mais aucune ressource n’est inépuisable. L’histoire de la pêche morutière à Terre-Neuve nous invite à réfléchir aux conséquences d’une mauvaise gestion des mers. Victime de la surpêche, la morue a en effet quasiment disparu de l’Atlantique nord-ouest à la fin du XXe siècle.

Comment les ressources de la mer peuvent-elles continuer à nourrir une population qui s’accroît ?

Dans un second temps, un état des lieux est fait sur la pêche actuelle : 136,2 millions de tonnes de poissons et fruits de mer issus de la pêche et de l’aquaculture sont consommés dans le monde. Chaque Français en mange en moyenne 35 kg par an, soit deux fois plus que dans les années 1960. La gestion des ressources marines est un devenu enjeu majeur. Comment orienter notre consommation de produits de la mer pour ne pas mettre en péril notre avenir et celui des générations futures ?

Plusieurs questions d’actualité sont soulevées à travers des chiffres et des témoignages : la pêche en eau profonde, les rejets, l’aquaculture, l’avenir de la pêche et des pêcheurs, une pêche responsable et durable, les espèces à privilégier en tant que consom’acteur

L’exposition donne alors la parole à de nombreux acteurs du débat : scientifiques, décideurs, pêcheurs, armateurs ainsi que les associations engagées dans la défense de l’environnement et de la biodiversité.

Ainsi, en faisant le lien entre l’aventure de la pêche à la morue et la situation actuelle, le musée national de la Marine souhaite aborder un sujet contemporain, qui permettra à chacun de s’interroger sur le respect des ressources de la mer ainsi que sur son propre rôle en tant que consommateur et citoyen du monde.

A ne pas manquer : l’exposition permanente

Profitez-en pour faire un tour dans l’exposition permanente du Musée de la Marine, toujours aussi passionnante.

Exposition permanente

Exposition permanente

Exposition permanente

Exposition permanente

Exposition permanente

Exposition permanente

En pratique

Jusqu’au 26 juin 2016
Un parcours jeux est disponible pour les enfants

Parcours-jeux

Parcours-jeux

Parcours-jeux
Musée de la Marine
17, place du Trocadéro et du 11 Novembre
75116 Paris 16
Fermé le mardi
http://www.musee-marine.fr/


Voir les commentaires traditionnels plus bas

Commentaires

More from Eve

Regards dessinés sur le monde de Bernard Gachet

Regards dessinés sur le monde en bref A travers 43 croquis en...
Read More

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.