Le Berger de Anne Boquel

 3,053 total views,  2 views today

Le Berger en bref

Lucie, 29 ans, conservatrice dans un petit musée d’art religieux à Bessancourt, dans le Val d’Oise, rentrée du travail, fatiguée, en transport en commun. Elle observe les gens autour d’elle, écoute les conversations sans y prêter plus d’attention que cela. Rentrée chez elle, elle agit machinalement avec une sensation de mal-être qui ne la quitte pas.
Elle rend visite à ses parents, anciens maîtres de conférence en éco-gestion à l’université de Paris-Saclay. Malgré des efforts réciproques, un climat de malaise règne pendant le repas, sa mère souhaitant toujours diriger sa vie, son père restant toujours à distance. Lucie a le sentiment de ne pas être à sa place, qu’elle ne partage plus la même vision du monde que ses parents.
Sa collègue Mariette finit par la convaincre de la suivre à la Fraternité, un centre spirituel, pour une séance de prières, alors que ses parents sont hostiles à toute forme de religiosité. Aucun signe religieux n’est visible. En revanche, le Berger, qui arrive sur scène, emporte le public, suscitant une fascination.

Le mot de l’éditeur

Lucie est conservatrice d’un petit musée de l’Oise. Rien ne va vraiment mal dans sa vie, rien ne va vraiment bien non plus. Le jour où une amie l’embarque dans un groupe de prière, son existence prend une couleur plus joyeuse. Elle se sent revivre. D’autant que le Berger et maître à penser de la communauté lui fait intégrer le cercle restreint des initiés. Sans le mesurer, elle consacre bientôt toute son énergie à la Fraternité, négligeant son entourage. L’incompréhension gagne ses proches, qui, désarmés, la voient s’éloigner d’eux. Mais, lorsqu’ils s’en inquiètent, leurs questions se heurtent au silence. Dans son désordre enfiévré, jusqu’où Lucie poussera-t-elle le zèle ?
Premier roman captivant, poignant portrait d’une jeune femme en plein désarroi, Le Berger dépeint sans complaisance la réalité sordide des mouvements sectaires, tout en s’interrogeant sur la quête de spiritualité dans nos sociétés individualistes.

Quelques mots sur l’auteur Anne Boquel

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, Anne Boquel est agrégés de lettres, et enseigne à l’université Paris IV. Passionnée de littérature, ses recherches portent sur la poésie napoléonienne, de 1815 à 1848. Anne Boquel a coécrit avec son mari Etienne Kern, professeur de lettres à l’université Paris X, plusieurs essais remarqués sur la littérature et les écrivains. Le Berger est son premier roman.

Notre avis

Avec un style fluide, l’auteur parvient à créer de la proximité avec Lucie. Elle partage avec nous la ferveur des frères et des sœurs de la communauté de la Fraternité mais également le sentiment ambivalent envers le Berge. Nous nous décrit l’attrait qu’exerce sur Lucie ce groupe de prières, qui, dans un premier temps, lui apporte du bien-être et redonne du sens à sa vie, avant de sombrer progressivement. L’auteur parvient ainsi à nous faire prendre conscience comment ce type de communauté religieuse peut apparaître comme une solution à certains qui ont besoin de trouver un refuge, une béquille à un moment de leur vie… au risque de la détruire.


Voir les commentaires traditionnels plus bas

Commentaires

More from Eve
Et cetera, la langue française se raconte de Julien Soulié et M. la Mine
 4,091 total views,  1 views today Et cetera, la langue française se raconte en...
Read More
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.