Ce que nous avons perdu de Gayle Forman

8.5 Eve
8.5

Ce que nous avons perdu en bref

Freya, une jeune chanteuse de 19 ans, a perdu sa voix. Depuis 2 semaines, elle enchaîne les visites chez le médecin. A 10 ans, elle a pourtant promis à son père, avant son départ en Ethiopie, de ne jamais arrêter de chanter.
Harun ne parvient pas à oublier James. Depuis la découverte de son homosexualité, à l’âge de 9 ans, il n’osait plus se rendre régulièrement à la mosquée. Après être retourné à la mosquée avec son père, il envoie un texto à James pour le retrouver à leur lieu de rendez-vous habituel.
Nathaniel, 19 ans, est très proche de son père, complicité renforcée depuis le départ de sa mère lorsqu’il avait 8 ans. Il s’est endormi dans le bus qui devait le conduire de l’aéroport à Manhattan.
Bien que n’ayant a priori pas grand-chose en commun, tous les 3 se retrouvent au même endroit, au même moment, avec en tête la phrase “Je suis perdu(e)”.

Rencontre avec l’auteur

Nous avons rencontré l’auteur le 29 octobre qui a répondu aux questions avec beaucoup de transparence et un soupçon d’humour.
L’auteur vit à New York, lieu où se déroule le roman. Les 3 principaux personnages principaux, un peu perdus, s’y rencontrent. C’est une ville que l’auteur aime et déteste à la fois. On peut y rencontrer des personnes à la fois très différentes et semblables malgré les différences culturelles et religieuses. C’est porteur d’espoir d’après elle.
L’auteur n’avait pas écrit depuis longtemps des livres pour des jeunes adultes. Après les élections présidentielles, paralysée par la situation, elle a envisagé d’autres métiers. La phrase “I have lost ou way” tournait en boucle dans sa tête. Sa première réaction a été d’écrire sa rage. Ensuite elle a mis son énergie auprès des jeunes. Les romans sont d’après elle des fabricants d’empathie. En tant écrivain jeunesse, elle considère avoir une responsabilité particulière.

Le premier personnage qui lui ai venu est celui de Freya.  parallèle avec la situation personnelle de l’auteur et celle de Freya – née pour être chanteuse qui a perdu sa voix – est évident. Les autres personnages sont venus par la suite. Harun est venu rapidement même s’il est très éloigné d’elle qui est une femme juive hétérosexuelle. Nathaniel est le personnage venu en dernier. Il a fallu travailler sur son passé.
Le travail pour rassembler les pièces du puzzle a ensuite été long. La structure du roman à évolué. Au début l’auteur a rédigé l’histoire de chaque personnage au présent et au passé. Finalement le récit est au présent par un narrateur omniscient et des flash back. Cette structure narrative permet d’aborder le ressenti de chaque personnage.

C’est le sentiment de la perte de repère qui a fédéré l’ensemble des personnages. En investiguant chacun sur la perte des autres personnages, ils ont pu retrouver leur voie.
Ces personnages sont éloignés de sa propre personnalité mais il y a un lien émotionnel qui les rapproche d’elle.
Pour le personnage de Freya, elle s’est inspirée du poids des réseaux sociaux et de ses 2 filles, en particulier la forte rivalité que l’on retrouve souvent entre 2 sœurs. La musique est un canalisateur émotionnel pour l’auteur. Elle est d’ailleurs tombée amoureuse d’un musicien il y a plusieurs années et l’a épousé.
À l’issue du roman, l’auteur a décidé de donner vie à une des chansons qui l’a accompagnée pendant la rédaction du roman. La chanson “La petite robe blanche” a ainsi été écrite et enregistrée (que nous avons la chance de découvrir à la fin de la rencontre) :

Les parents sont toujours présents dans ses romans car Gayle Forman est avant mère. Ils n’ont pas forcément le beau rôle dans ce roman, pour des raisons différentes. La mère de Freya est un peu trop présente. Le père de Nathaniel a des troubles mentaux. La famille d’Harun fonctionne bien mais est très traditionnelle.
L’auteur n’exclut pas une suite aux romans avec ces 3 personnages. Elle a déjà en tête comment ils vont se perdre de vue et se retrouver. Mais il n’y a pas de sentiment d’urgence pour rédiger la suite.

L’auteur nous fait ensuite part de sa réflexion sur notre société. Lorsque l’on vit une période d’incertitude on se sent isolé par rapport aux autres et on a tendance à se recroqueviller sur soi même et nos problèmes prennent une ampleur démesurée, comme c’est le cas des 3 personnages principaux.
L’auteur pense que les adolescents se sentent seuls aujourd’hui et que cet isolement est caché par les réseaux sociaux. Elle pense que l’isolement et la colère aux Etats-Unis, pas uniquement chez les jeunes, sont nourris par les réseaux sociaux. Trump est le président “twitter”.

Dans ses romans à destination des jeunes adultes, l’auteur aborde des sujets qui l’interpelle personnellement. Elle s’adresse aux jeunes adultes car elle trouve qu’ils sont plus libres dans l’expression de leurs sentiments.
L’auteur aime bien montrer dans ses romans que la vie peut basculer ou que la trajectoire peut dévier d’un jour à l’autre. On se rencontre parfois a posteriori de cette journée de transition.

Le Mot de l’éditeur

Freya est une «  chanteuse née  ». En tout cas, c’est ce que son père lui a dit. Maintenant que sa voix l’a lâchée, que lui reste-t-il  ?
Harun erre. Sans James. Qui lui a dit de «  dégager de sa vie, connard  ». Pas moyen de l’oublier. Mais comment se faire pardonner  ?
Nathaniel débarque seul à New York. Sans son père. Finie, leur «  fraternité à deux  ».
Un pont, un pas en arrière,  une chute  : trois destins se percutent. Ensemble, ils vont apprendre à surmonter ce qu’ils ont perdu.

Quelques mots de l’auteur Gayle Forman

Née à  Los Angeles en 1970, Gayle Forman a commencé sa vie professionnelle comme journaliste pour des magazines  féminins (Seventeen Magazine, Jane, Glamour, The Nation, Elle, Cosmopolitan). Après un tour du monde avec son mari, elle écrit un récit de voyage. Son premier roman “Les cœurs fêlés” (Sisters in Sanity) est publié en 2007. Son roman, “Si je reste” (If I stay, 2009), a été adapté au cinéma. Son premier roman pour adultes, “Leave Me”est paru en 2016.

Notre avis

Le style est fluide et vif grâce à la construction du roman et les nombreux dialogues. L’analyse psychologique des personnages les rendent attachants.
Le récit des événements présents alterne avec des chapitres consacrés à chacun des 3 protagonistes. Cela nous permet de découvrir progressivement des faits marquants du passé et ce qui les a conduit à ne plus avoir confiance dans l’avenir.


Voir les commentaires traditionnels plus bas

Commentaires

More from Eve

Prendre Gloria : comment broder sur l’affaire du haircut killer

Vendredi 15 janvier, nous sommes allés dans les locaux de Babelio rencontrer...
Read More

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.