Otage de Clare Mackintosh

 927 total views,  3 views today

Otage en bref

Mina conduit à l’école sa fille Sophia, 5 ans. Sophia, qui a été adoptée à l’âge de 10 mois après avoir été placée plusieurs mois dans 2 familles d’accueil, est autiste. Elle connaît des troubles de l’attachement. Mina se souvient du jour de la rentrée, lorsque son mari Adam était présent, comme s’ils formaient encore une famille unie. Depuis que Mina le soupçonne d’avoir eu une liaison avec la jeune fille au pair, Adam ne vit plus avec elles. Il dort seulement dans la chambre d’ami pour s’occuper de Sophia lorsque Mina part travailler.
Mina, devenue hôtesse de l’air après avoir suivi l’école de pilote, doit s’absenter 5 jours pour participer au vol inaugural Londres – Sidney qui doit durer 20 heures.
Adam, policier, qui a toujours eu du mal à créer du lien avec Sophia, est convoqué dans le bureau du capitaine pour s’expliquer sur sa facture de téléphone professionnel. Malgré l’absence de Mina, ses inquiétudes sur ce qui peut être découvert ne l’aident pas à être présent auprès de sa fille.

Le mot de l’éditeur

À bord du premier vol direct entre Londres et Sydney, l’atmosphère est électrique. La rumeur évoque la présence de célébrités en classe affaires, le monde entier a les yeux fixés sur cet incroyable voyage sans escale qui doit durer une vingtaine d’heures.
Mina, une des hôtesses en cabine, se concentre tant bien que mal sur les passagers, pour échapper à ses angoisses à propos de sa petite fille de cinq ans et de son mariage qui bat de l’aile.
Mais une succession d’événements inquiétants culmine en un effrayant message anonyme : quelqu’un est décidé à empêcher ce vol d’arriver à destination, et il a pour cela un terrible moyen de pression sur Mina. Quel sera le choix de celle-ci face à une impossible décision ?

Quelques mots sur l’auteur Clare Mackintosh

Née au Royaume-Unis en 1976, Clare Makintosh est diplômée en management et en français à l’université Royal Holloway. Elle passe ensuite 12 ans dans les forces de police, qu’elle a quitté en 2011 pour devenir journaliste indépendante. Son premier roman « Te laisser partir » (I Let You Go), publié en 2014 est lauréat en 2016 du Theakston’s Old Peculier Crime Novel of the Year Award et du prix Polar 2016 du meilleur roman international. En 2016, elle publie « Je te vois« , suivi de « Laisse-moi en paix » en 2018.

Rencontre avec l’auteur Clare Mackintosh

Nous avons eu l’opportunité de participer à la rencontre de l’auteur Clare Mackintosh organisée par Babelio, sur Zoom, compte tenu de la situation sanitaire.

Les sources d’inspiration

L’idée du roman est venue d’un voyage en avion pour San Francisco. L’auteur, ancienne policière, est par ailleurs fascinée par le métier d’hôtesse de l’air.
Le fil conducteur qui a permis de commencer le roman était la pression qui peut peser sur un couple lors de l’adoption d’un enfant. Une de ses amies a adopté une fille qui l’a embrassée pour la première fois à l’âge de 10 ans, une fois qu’elle a pu surmonter les difficultés liées à sa famille d’origine.

Le choix des personnages

L’auteur a besoin dans la création des personnages de ses romans de prendre du recul par rapport à elle. C’est une des raisons des origines françaises et algériennes du personnage principal, Mina, qui lui servent par la suite dans le roman.
Une de ses filles, autiste, a par ailleurs été une source d’inspiration du personnage de Sophia.
La plupart des personnages sont ordinaires, même s’ils ont pu connaître des difficultés comme la plupart des gens normaux. Cela crée de la proximité, une relation forte avec le lecteur, renforcée par l’utilisation de la première personne du singulier, et de la tension. Elle voulait décrire une situation avec des regards différents, y compris celui de personnages méchants.

Les recherches

Chaque roman est un challenge car l’auteur est attachée à l’authenticité. Pour ce roman, qui reste une fiction, elle a échangé avec des pilotes et des hôtesses de l’air sur leurs choix, sur les armes que l’on, peut trouver dans un avion… Elle a également passé beaucoup de temps sur des forums où des hôtesses partagent des anecdotes, afin de restituer l’ambiance d’un vol. Elle a enfin participer avec son fils, amateur de jeux vidéos, à une simulation de vol.

La construction du roman

L’auteur a élaboré de nombreuses versions dans son manuscrit, comme pour ses précédents romans. Chaque modification de versions pouvait avoir un impact sur la suite de l’intrigue, ce qui n’a pas toujours été facile à suivre.
Au départ, il n’y avait que l’intrigue de l’avion. Lors de la deuxième version, elle a voulu détailler au lecteur les raisons qui ont poussé les différents passagers à prendre ce vol. Elle a ensuite eu l’idée de jouer entre le présent et le passé.
Elle a essayé 3-4 formes avant d’aboutir à la définitive, avec un récit heure par heure alternant entre le quotidien d’Adam et Sophia et entre le descriptif des passagers. Lors de la rédaction, elle avait fixé sur un placard un dessin d’avion avec le plan des places des passagers. L’objectif était de déstabiliser le lecteur. Mettre le plan de l’avion dans le livre aurait été trop simple pour le lecteur.
La menace est anonyme dans ce huit clos qui se déroule essentiellement dans l’avion. C’est un challenge pour l’auteur qui l’empêche d’introduire de nouveaux personnages.

Des questions philosophiques

Lorsqu’elle était policière, l’auteur a rencontré des personnes complexes et a été confrontée à des actions terroristes où des choix difficiles doivent être faits entre une vie et une autre.
Plusieurs questions philosophiques sont soulevées dans ce roman :

  • Faut-il soit sauver sa fille et aider des terroristes, soit sauver les passagers du vol ?
  • Qu’est-ce qu’un crime ?
  • L’écologie peut-elle justifier une actions terroriste ?

A venir

Le premier roman d’une série policière

 

Notre avis

L’auteur ouvre son roman avec l’appel d’une personne dans un aéroport qui est témoin d’un avion en train de s’écraser, cela crée tout de suite un climat de tension. L’auteur alterne ensuite des chapitres, écrits à la première personne du singulier, qui sont consacrés à Adam au Royaume-Uni, à Mina dans l’avion et aux passagers du vol. Cette construction permet de découvrir progressivement le parcours des principaux protagonistes, de procéder à une analyse fine de la psychologie des différents personnages et de nous interroger sur les notions de bien et de mal. Le réalisme du récit et le déroulé progressif de l’intrigue alimentent également le suspense.

Commentaires via Facebook (pour les commentaires traditionnels, voir en bas de l'article)

More from Eve
La grande Agatha Christie illustrée de Caroline Guillot
 7,018 total views,  3 views today La grande Agatha Christie illustrée en bref L’auteur...
Read More
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.